La notion de ressourcement comprend l’idée de source. Mais qu’est-ce qu’une source ? La source est à la fois lieu et acte. Elle est le lieu d’où coule l’eau et l’eau qui coule.

On peut boire de cette eau, s’en rassasier puis repartir tel un dromadaire repus dans le désert du train-train quotidien. Cette image n’a rien de péjoratif. Notre vie se tisse de ces petits gestes du quotidien : cuisiner, raconter des histoires, bercer un enfant, travailler, aimer. Le train-train quotidien n’est pas le métro-boulot-dodo, mais il le devient quand on s’y assèche. 

Il est des jours où l’on a besoin de suspendre le temps, d’avancer à petits-pas vers la source, d’y plonger les mains afin d’amener cette eau-vive à nos lèvres et de la boire lentement. Ce n’est plus le corps qui s’hydrate, mais l’âme, notre vie psychique. Ici, l’eau nous ouvre à ce qui sourd en nous. Elle nous tend nos reflets et nos parts d’ombre. On connaît les pièges que nous tendent les sirènes. Apprendre à se voir sans colère, sans peur, sans jugement et sans complaisance n’est pas une mince affaire. 

Pourtant ce n’est pas très difficile, il suffit de s’asseoir près de la source et de la laisser chanter. Son chant va éveiller en nous un contrechant. L’eau-vive a le pouvoir d’éveiller nos larmes. C’est dans la rencontre de ces deux eaux qu’on découvre que la source, que ce qui nous « source » est aussi en nous. C’est l’esprit qui est ici irrigué. Nous pouvons lever la tête et déployer nos ailes.   

Revenir à la source n’est pas se retourner. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais d’aller vers ce lieu où quelque chose « source » en moi à jamais et toujours pour la première fois. Le projet de la Relève est d’accompagner chaque personne vers sa source. 

Quel que soit votre chemin vous pouvez venir vous ressourcer, déposer votre charge, réfléchir à votre existence et repartir plus libre.